Épistémologie du politique

L’axe n°2 du Labex EHNE, « Epistémologie du politique », vise à se demander si l’Europe peut être considérée comme un objet politique, en adoptant plusieurs angles d’approche : un effort pour définir et proposer une typologie des différents projets d’Europe politique, une réflexion sur le rapport des populations européennes à l’Idée d’Europe, sur la circulation des idées et des modèles dans un « espace public » européen, enfin un travail sur l’action et les acteurs de la construction européenne.
Le politique apparaît de la sorte comme un champ de tensions entre plusieurs possibles qui peuvent relever soit du mythe soit de la praxis, mais qui conditionnent une structuration des modes de conflictualisation, des procédures de pacification, voire d’unité. Il sera analysé à travers les cadres qui l’organisent en ce qu’ils relèvent de constructions successives. Il faudra établir la typologie des constructions, de la cité à l’État princier ou royal, de « l’alternative lotharingienne » à l’impérialisme puis à l’anti-impérialisme intra-européens, jusqu’au régionalisme européen dans le monde, et il conviendra surtout d’analyser les connexions ou les déconnections historiques qui peuvent être isolées entre ces différents paradigmes. Le projet cherchera ainsi à rendre intelligible les scansions, les spécificités et les remises en cause de l’idée impériale, de la romanité à l’empire napoléonien jusqu’aux conceptions relatives à l’organisation de l’espace européen/international de l’époque moderne au multilatéralisme contemporain. Mais l’Europe du politique a aussi existé dans le cadre même des États absolutistes puis nationaux qui s’affrontèrent. Ceci à travers l’adhésion des élites à une culture commune. La division ne freine pas la constitution d’un ethos politique qui est dynamique et est sans cesse en restructuration.
La quête d’une identité du politique s’attardera sur une autre forme d’identité : la relation entre liberté et citoyenneté. Ainsi l’adhésion des cités-États à une commune appréhension de la « liberté » sera un des points axiaux de l’enquête. Les composantes d’une telle citoyenneté depuis le XIXe siècle seront recherchées au-delà du modèle républicain français fondé sur la primauté de la nation et de son prolongement supranational possible. Ces composantes procèdent d’une large synthèse où rentrent des données civiles, politiques et sociales, les transferts de savoirs comme cheminement vers une Europe des citoyens. On analysera les différences entre modèles nationaux de citoyenneté et les diverses articulations entre identités politiques nationales et identité politique européenne.
La question de l’espace public européen est centrale pour la compréhension de la construction du politique en Europe et elle doit être mise en relation avec celle des espaces linguistiques et culturels. Selon Habermas, un espace public s’est créé au XVIIIe siècle, puis cloisonné en espaces publics nationaux au XIXe, avant les tentatives de recréation d’un espace public européen au XXe siècle. Ce schéma peut être revisité. L’UE constitue l’exemple le plus affirmé de régionalisme politique et, pourtant, l’espace public européen compte encore peu, coincé entre des espaces publics nationaux structurés et un espace public mondial. Dans un cas cependant, le phénomène d’espace public a fonctionné à l’échelle européenne, celui de la Guerre froide, où, malgré la division du continent, des flux de toute nature ont continué à fonctionner, faisant comprendre comment les Européens ont évolué de part et d’autre du rideau de fer sans être complètement étrangers les uns aux autres. D’une façon plus générale, si l’espace public est un espace de circulation d’informations, d’émotions et d’idées, ainsi qu’un espace de délibération au sein de la société, il est dépendant de ces autres vecteurs que sont les espaces médiatiques, de circulation des langues, des représentations et des pratiques culturelles.
L’épistémologie du politique passera enfin par la voie d’une analyse de l’action et de ses acteurs. L’enquête portera sur des portraits emblématiques d’une identité politique, allant du visionnaire au militaire, du négociateur à l’ambassadeur, du philosophe à l’historien. L’Europe comme politique de l’histoire prendra en compte sa mobilisation par les princes de l’époque moderne dans un but de légitimation de leurs ambitions en passant par les idéologies nationales mais aussi les projets plus récents visant à accompagner le dépassement des affrontements mémoriels. »