Deux professeurs invités au sein de l’axe

L’axe politique du LabEx EHNE accueille ce printemps deux professeurs allemands.

Johannes PAULMANN

est l’un des deux directeurs de l’Institut d’histoire européenne de Mayence (Institut für europäische Geschichte Mainz), institution partenaire du LabEx EHNE depuis 2015, et professeur d’histoire contemporaine à l’université Johannes Gutenberg de Mayence. Il a été professeur invité à l’université de Montréal, à la London School of Economics et à l’université d’Oxford. Ses recherches portent sur les phénomènes et les acteurs transnationaux en Europe ainsi que sur l’histoire de l’aide humanitaire. Il achève par ailleurs actuellement un ouvrage de synthèse sur la croyance dans le progrès en Europe entre la seconde moitié du XIXe siècle et le début du XXe siècle. A l’Institut d’histoire européenne, il co-dirige, avec Irene Dingel, l’encyclopédie d’histoire européenne en ligne « Europäische Geschichte Online », encyclopédie jumelle de l’Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe du LabEx EHNE.

Il a notamment publié : Die Haltung der Zurückhaltung: Auswärtige Selbstdarstellungen nach 1945 und die Suche nach einem erneuerten Selbstverständnis in der Bundesrepublik, Bremen, KaisenStiftung, 2006 ; Pomp und Politik: Monarchenbegegnungen in Europa zwischen Ancien Régime und Erstem Weltkrieg, Paderborn, Schöningh, 2000 ; Staat und Arbeitsmarkt in Großbritannien: Krise, Weltkrieg, Wiederaufbau, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1993.

Accueilli au sein de l’axe de mars à juin 2018, il y donnera plusieurs séminaires sur les questions migratoire et humanitaire aux XIXe et XXe siècles, et aidera à la tenue d’un atelier sur les perspectives de recherche offertes par l’histoire de l’humanitaire en Europe et au Moyen-Orient. Il présentera également le projet de l’encyclopédie « Europäische Geschichte Online » et les tendances récentes de l’historiographie allemande.

 

Andreas WIRSCHING

est directeur de l’Institut d’histoire du temps présent (Institut für Zeitgeschichte München-Berlin) qui propose une histoire de l’Allemagne à dimension européenne et internationale, et professeur d’histoire contemporaine à l’université Louis-et-Maximilien de Munich. Il a été professeur invité à l’Institut d’études politiques de Paris et à l’université de Montréal. Ses recherches les plus récentes portent sur les conséquences politiques, économiques et sociétales du bouleversement de 1989 pour l’évolution du continent européen. Il interroge également dans une perspective comparatiste l’histoire des démocraties face aux défis de la mondialisation. En tant que directeur de l’Institut, il a porté le projet d’édition critique de Mein Kampf, et a co-édité plusieurs volumes de la série des Akten zur Auswärtigen Politik der Bundesrepublik Deutschland.

Ses derniers ouvrages proposent plus généralement une historicisation de l’Europe du temps présent. Parmi ceux-ci : Abschied vom Provisorium. Geschichte der Bundesrepublik Deutschland 1982–1990, München, Deutsche Verlags-Anstalt, 2006 ; Der Preis der Freiheit. Geschichte Europas in unserer Zeit, München, C.H. Beck, 2012 ; Demokratie und Globalisierung. Europa seit 1989, München, C.H. Beck, 2015.

Il participera aux activités des axes 2 « Epistémologie du politique » et 6 « Genre et Europe », où il est accueilli aux mois de mai et juin, notamment à un atelier Genre et politique sur l’anti-européisme au XXe siècle. Il interviendra également sur les tendances récentes de l’historiographie allemande, ainsi que sur la question des archives et de leur conservation dans l’espace européen.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.