L’argent immoral et les profiteurs de la guerre (1870-1945)

Programme de recherche Politique et corruption, argent immoral et influence politique en Allemagne et en France aux XIXe et XXe siècles soutenu par l’ANR et le DFG
28-30 mai 2018
Maison de la Recherche de Sorbonne Université
28 rue Serpente 75006 Paris
Rez-de-chaussée (salles D035/D040)
Programme à télécharger ici : Immoral_Money_programme

Les acteurs européens du « printemps des peuples » 1848

Colloque international du cent soixante-dixième anniversaire

31 mai – 2 juin, Sorbonne Université, Amphi Guizot (17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris)

Organisateurs : Sorbonne Université, Université Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle, LabEx EHNE

Après le colloque du cent cinquantième anniversaire de 1848 organisé par la Société de 1848 et des révolutions du XIXe siècle qui a marqué un important jalon historiographique, il a paru important, exactement vingt ans plus tard, de porter un nouveau regard sur cet événement majeur du XIXe s., et cela en répondant d’abord au souhait maintes fois formulé par Maurice Agulhon d’en mieux connaître les acteurs, au moment précis où le Dictionnaire des dirigeants français de 1848 du Centre d’histoire du XIXe s. de Sorbonne Université et de Panthéon-Sorbonne, publié sous son patronage, constitue une nouvelle étape qui permet d’aller plus loin ; mais il s’agit aussi d’élargir la focale pour s’intéresser cette fois à l’ensemble du printemps des peuples. La question centrale de ces journées est ainsi : Qu’est-ce qu’être un acteur du printemps des peuples 1848 ? On s’appuie notamment ici sur la notion de protagoniste telle que définie par Haïm Burstin à propos de la Révolution française de 1789, tout en étant extrêmement attentif aux effets de positions dans l’espace géographique, social et culturel. Le programme, établi, après un appel international, propose une quarantaine d’interventions portant sur toute l’Europe. La table ronde conclusive doit permettre de dresser les profils-types d’acteurs européens du printemps des peuples et de répondre à la question centrale du colloque.

Inscription obligatoire pour accéder au bâtiment : http://printempsdespeuples.evenium.net

Contact et informations : labex.ehne2@gmail.com

Programme et informations complètes à télécharger ici : ProgrammeColloque1848

 

Johannes Paulmann : séminaire « Migrations et mobilités en Europe aux XIXe et XXe siècle »

Nous organisons avec Johannes Paulmann le séminaire Migrations et mobilités en Europe aux XIXe et XXe siècles.
La première séance s’est tenue, avec Delphine DIAZ, vendredi 30 mars, et a porté sur Les réfugiés politiques en Europe, XIXe-XXe siècles.
La deuxième séance se tiendra le jeudi 12 avril, de 17h à 19h, à l’Institut Historique allemand, et portera sur Translocalisme et fluidité des frontières. Johannes Paulmann interviendra en anglais et la discussion se tiendra en français.
La troisième séance se tiendra le mardi 22 mai, de 10h à 12h, à la Maison de la Recherche (salle D040), et portera sur L’humanitaire et les médias, XIXe-XXe siècles. Johannes Paulmann interviendra encore en anglais et la discussion se tiendra en français.
Ce cycle se terminera par l’atelier L’humanitaire : nouveau champ pour une histoire nouvelle de l’Europe, qui se tiendra courant juin.

Deux professeurs invités au sein de l’axe

L’axe politique du LabEx EHNE accueille ce printemps deux professeurs allemands.

Johannes PAULMANN

est l’un des deux directeurs de l’Institut d’histoire européenne de Mayence (Institut für europäische Geschichte Mainz), institution partenaire du LabEx EHNE depuis 2015, et professeur d’histoire contemporaine à l’université Johannes Gutenberg de Mayence. Il a été professeur invité à l’université de Montréal, à la London School of Economics et à l’université d’Oxford. Ses recherches portent sur les phénomènes et les acteurs transnationaux en Europe ainsi que sur l’histoire de l’aide humanitaire. Il achève par ailleurs actuellement un ouvrage de synthèse sur la croyance dans le progrès en Europe entre la seconde moitié du XIXe siècle et le début du XXe siècle. A l’Institut d’histoire européenne, il co-dirige, avec Irene Dingel, l’encyclopédie d’histoire européenne en ligne « Europäische Geschichte Online », encyclopédie jumelle de l’Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe du LabEx EHNE.

Il a notamment publié : Die Haltung der Zurückhaltung: Auswärtige Selbstdarstellungen nach 1945 und die Suche nach einem erneuerten Selbstverständnis in der Bundesrepublik, Bremen, KaisenStiftung, 2006 ; Pomp und Politik: Monarchenbegegnungen in Europa zwischen Ancien Régime und Erstem Weltkrieg, Paderborn, Schöningh, 2000 ; Staat und Arbeitsmarkt in Großbritannien: Krise, Weltkrieg, Wiederaufbau, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1993.

Accueilli au sein de l’axe de mars à juin 2018, il y donnera plusieurs séminaires sur les questions migratoire et humanitaire aux XIXe et XXe siècles, et aidera à la tenue d’un atelier sur les perspectives de recherche offertes par l’histoire de l’humanitaire en Europe et au Moyen-Orient. Il présentera également le projet de l’encyclopédie « Europäische Geschichte Online » et les tendances récentes de l’historiographie allemande.

 

Andreas WIRSCHING

est directeur de l’Institut d’histoire du temps présent (Institut für Zeitgeschichte München-Berlin) qui propose une histoire de l’Allemagne à dimension européenne et internationale, et professeur d’histoire contemporaine à l’université Louis-et-Maximilien de Munich. Il a été professeur invité à l’Institut d’études politiques de Paris et à l’université de Montréal. Ses recherches les plus récentes portent sur les conséquences politiques, économiques et sociétales du bouleversement de 1989 pour l’évolution du continent européen. Il interroge également dans une perspective comparatiste l’histoire des démocraties face aux défis de la mondialisation. En tant que directeur de l’Institut, il a porté le projet d’édition critique de Mein Kampf, et a co-édité plusieurs volumes de la série des Akten zur Auswärtigen Politik der Bundesrepublik Deutschland.

Ses derniers ouvrages proposent plus généralement une historicisation de l’Europe du temps présent. Parmi ceux-ci : Abschied vom Provisorium. Geschichte der Bundesrepublik Deutschland 1982–1990, München, Deutsche Verlags-Anstalt, 2006 ; Der Preis der Freiheit. Geschichte Europas in unserer Zeit, München, C.H. Beck, 2012 ; Demokratie und Globalisierung. Europa seit 1989, München, C.H. Beck, 2015.

Il participera aux activités des axes 2 « Epistémologie du politique » et 6 « Genre et Europe », où il est accueilli aux mois de mai et juin, notamment à un atelier Genre et politique sur l’anti-européisme au XXe siècle. Il interviendra également sur les tendances récentes de l’historiographie allemande, ainsi que sur la question des archives et de leur conservation dans l’espace européen.

Présentation de l’ouvrage :

Jacques-Olivier Boudon, Le plancher de Joachim. L’histoire retrouvée d’un village français, Ed. Belin, 2017

Les écrits laissés par les gens du peuple sont rares, d’où l’intérêt de cette source totalement inédite, que constituent les 72 phrases laissées par un menuisier des Hautes-Alpes sous le plancher qu’il était en train de poser au château de Picomtal en 1880-1881. Une fois les phrases transcrites, l’enquête a pu commencer. Elle a révélé qui était le personnage qui avait ainsi voulu livrer son témoignage à la postérité, mais aussi dans quel environnement il évoluait. Sachant qu’il ne sera pas lu avant cent ans, il se livre et n’épargne personne dans le village, offrant une peinture acérée des mœurs de son temps.

Conférence autour de l’ouvrage : lundi 19 mars 2018, Ecole Nationale des Chartes, 17h. Informations et inscription (obligaoire) : http://www.chartes.psl.eu/fr/actualite/plancher-joachim-histoire-retrouvee-village-francais

Atelier franco-allemand / Deutsch-Französischer Workshop

Confrontations au national-socialisme en Europe francophone et germanophone (1919-1949) / Auseinandersetzungen mit dem Nationalsozialismus im deutsch- und französischsprachigen Europa (1919-1949)

VI – LES EXPERTS / DIE EXPERTEN

Paris, Sorbonne Université, 8-9 mars 2018

I. Romanistes – Germanistes / Romanisten – Germanisten
♦ Wolfgang Asholt (Humboldt Universität Berlin) : Les romanistes allemands face au national-socialisme
♦  Hans Manfred Bock (Kassel) : Henri Lichtenberger: le germaniste de la Sorbonne face au national-socialisme
♦ Jérôme Vaillant (Lille 3) : Les germanistes français face au national-socialisme
♦ Catherine Maurer (Strasbourg) : La réception du national-socialisme dans le milieu des conservateurs de bibliothèque et des bibliothécaires en Allemagne et dans les territoires occupés et annexés par l’Allemagne entre 1933 et 1945.

 

II. Interprétations du national-socialisme (politologie, histoire, psychanalyse) / Interpretationen des Nationalsozialismus (Politologen, Historiker, Psychoanalytiker)
♦ Klaus Vondung (Siegen) : Eric Voegelin und die Interpretation des Nationalsozialismus als politische Religion
♦ Arnd Bauerkämper (FU Berlin) : Ernst Fraenkel, Der Doppelstaat (1941)
♦ Jens Flemming (Kassel/Hamburg) : Friedrich Meinecke, Die Deutsche Katastrophe (1948)
♦ Joël Bernat (Metz) : Le nazisme comme mise à l’épreuve de la réalité des théories psychanalytiques sur l’individu et les collectifs

 

III. Eclairages économiques / Wirtschaftswissenschaftler und Wirtschaft
♦ Renaud Boulanger : Le cas Quesnay face au national-socialisme
♦ Alain Chatriot (Sciences Po, Paris) : Les milieux agricoles français face au corporatisme agraire allemand
♦ Raymond Dartevelle (Panthéon-Sorbonne) : Max Hermant, un expert du modèle allemand face à la « Révolution hitlérienne » (1919-1936) 
♦ Bernd Zielinski (Paris Ouest-Nanterre la Défense) : Alfred Müller-Armack et le national-socialisme

 

Conclusions et discussion autour du programme de recherche

 

 Plus d’informations sur le programme de recherche : http://cegil.univ-lorraine.fr/content/ateliers-workshops
Télécharger le programme de l’atelier ici : Atelier 6 Paris

Appel à communication / Call for Papers

Colloque international L’argent immoral et les profiteurs de la guerre (1870-1945), Sorbonne Université, 29-30 mai 2018. Date limite de l’appel : 1er mars.

International Conference Immoral Money and War Profiteurs (1870-1945), Sorbonne University, 29-30 May 2018. Deadline : 1st March

En France, la question des profits de guerre a fait déjà l’objet de travaux dans le cadre de recherches sur l’épuration économique après le second conflit mondial, et ce tout spécialement dans le cadre du groupement de recherche (GDR) 2539 du CNRS « Les entreprises sous l’occupation ». En regard, les conflits de 1870 et de 1914-1918 ont été beaucoup moins étudiés. Le colloque entend se concentrer sur les accusations de corruption lancées contre les entreprises qui ont réalisé des profits élevés en temps de guerre ou immédiatement après. Les exemples français et allemands seront privilégiés mais sans exclusive. D’autres cas pourront être présentés et étudiés, pour des pays de l’aire européenne entre le dernier tiers du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle… Plus d’informations : Appel_Argent_immoral

The conference will explore the emergence of immoral money and war profiteurs in times of war or in the post-war period in Europe (1870-1945). The “economic cleansing” that occurred in France after the Second World War is an example of war profiteering that has been studied by the CNRS research team (GDR) 2539 “Companies under the Occupation”. By contrast, the Franco-Prussian War in 1870 and the Great War have not been given much attention. This conference aims to analyse the allegations of corruption levelled against companies that were thought to have turned high profits in wartime or immediately thereafter. A special but nonexclusive focus should be given to French and German cases. Examples found in other European countries, from the last third of the XIXth century to the first half of the XXth century, may also be addressed… More informations : CFP_Immoral_Money

 

Colloque international

Les nationalistes en régimes autoritaires et totalitaires

Maison de la Recherche, Université Paris-Sorbonne                                     30 novembre – 1er décembre 2017

Le nationalisme européen a souvent été interprété comme la principale matrice idéologique des dictatures et en particulier des fascismes. Pour mesurer la pertinence de cette thèse, une première recherche collective a été menée afin de mesurer ce que signifiait « être nationaliste » des anné

es 1900 jusqu’aux lendemains de la Première Guerre mondiale en considérant le phénomène dans sa singularité, à un moment critique de l’histoire de l’Europe, le passage à la société de masse. Il s’est agi de privilégier l’étude des éléments constitutifs de « l’être nationaliste » : le registre du rapport au monde (sensibili

té, culte du moi, dimension occupée par l’esthétique), mais aussi, les échanges entre diverses nations, la diversité des itinéraires, sans omettre la part dévolue à l’action politique au moment même où la guerre apparaît pour tous comme la grande épreuve de vérité. Il est en fait apparu, au terme de cette recherche, que les nationalistes européens étaient loin de former une famille unie entre nationalistes conservateurs et subversifs sur les remèdes envisagés pour résoudre la crise de la société libérale, malgré des diagnostics partagés. Il semble donc opportun de conduire une seconde enquête cette fois sur la place et le rôle qu’ont occupé les nationalistes dans les régimes autoritaires et totalitaires… Voir la suite : http://labex-ehne.fr/event/e%CC%82tre-nationaliste-nationalistes-regimes-autoritaires-totalitaires/

Programme : DEPLIANT_etre_nationaliste_1

Vient de paraître

La révolution culturelle, en Chine et en France, sous la direction de Miao Chi, Olivier Dard, Béatrice Fleury, Jacques Walter (Riveneuve Editions).

Entre le printemps 1966 et la mort de Mao Zedong en septembre 1976, la Chine connait une refondation totale de son fonctionnement. Elle mobilise une grande partie de la jeunesse, notamment au sein des fameux Gardes rouges rassemblant de nombreux étudiants et lycéens. Si l’on estime à plusieurs millions de morts les victimes de la Révolution culturelle, en revanche, on n’est pas en mesure de chiffrer le nombre de familles déchirées, de personnes déplacées, d’enfants et de parents perdus. Avec un regard nouveau et sur la base de sources inédites, des chercheurs chinois et français retracent les premiers temps de la Révolution en Chine et l’impact de ce mouvement violent et radical tant en Chine qu’en France. L’ouvrage explore la tension entre culture et contre-culture qu’elle a suscitée en Occident. Les auteurs mettent aussi en lumière la complexité l’attraction politique de cet événement à gauche comme à droite. En se fondant sur des témoignages livrés par des protagonistes engagés, ils explorent les différentes formes de narration d’une séquence traumatique, naviguant entre fantasme et lucidité.

Sommaire et bon de commande : CP Revolution culturelle+sommaire_V

Recensions : https://dissidences.hypotheses.org/9174

Chaire d’excellence : Silvia Marton

Silvia Marton est maître de conférences à la Faculté de Sciences Politiques de l’Université de Bucarest et membre correspondant du Centre Norbert Elias (UMR 8562). Elle a été boursière du New Europe College-Institut for Advanced Studies de Bucarest et du Wissenschaftskolleg zu Berlin, ainsi que professeur invité à l’EHESS et à l’Université d’Avignon.

Elle est spécialiste de la construction de l’Etat-nation en Roumanie et dans l’Europe de l’Est. Elle co-dirige, avec Constanța Vintilă-Ghițulescu, le Groupe de Recherche sur l’Histoire Politique et Sociale des XVIIIe-XIXe siècles dans le cadre du New Europe College-Institut for Advanced Studies, Bucarest (http://grips.nec.ro/about-us/ )

Elle a notamment publié La construction politique de la nation. La nation dans les débats du Parlement de la Roumanie, 1866-1871 (Iasi, Institutul European, 2009), et récemment « Republica de la Ploiești » și începuturile parlamentarismului în România (Bucarest, Humanitas, 2016). Elle achève la co-direction, avec Frédéric Monier et Olivier Dard, de l’ouvrage «Plus rien dans sa sacoche »: moralité du pouvoir et corruption en France et en Roumanie, XVIIIe-XXe siècles (Paris, PUPS), à paraître fin 2017. La liste complète de ses travaux est disponible à l’adresse suivante : http://www.fspub.unibuc.ro/a/fspub.unibuc.ro/fspub/despre/profesori/marton-silvia

Elle participe aux activités de l’axe d’octobre à décembre. Elle y donnera notamment un cycle de six conférences sur la construction des Etats dans les Balkans et en Europe centrale, le mardi, de 18h à 20h (28 rue Serpente, salle D040) .

Publication

Publication de l’ouvrage de mi-parcours de l’axe « Epistémologie du politique » du LabEx EHNE :

Histoire des internationales (XIXe-XXe siècles), sous la dir. d’Eric Anceau, Jacques-Olivier Boudon, Olivier Dard

Résumé : L’historiographie et la mémoire collective associent souvent les notions d’internationale aux internationales socialistes ou a l’internationale communiste (Komintern). Durant les années 1970, sur fond de terrorisme «noir» opposéau «rouge», des journalistes ont glosé sur une «internationale noire» ou un «orchestre noir»: leur interprétation était décalquée des formes d’expression marxistes structurées, ce que n’ont jamais été sérieusement les forces néofascistes après le second conflit mondial. Cet ouvrage propose une nouvelle histoire des internationales. Il réévalue les chronologies convenues – en amont de la naissance de la première internationale socialiste jusqu’a nos jours – avec le développement de modes d’action inédits. Il élargit la notion d’internationale en y incluant une «internationale noire» après 1945, ou une «internationale libérale» durant la première moitiée du XIXe siècle.

Internationales_aperçu

Publication

Olivier Dard, Didier Musiedlak, Éric Anceau (dir.), Être nationaliste à l’ère des masses en Europe (1900–1920), Pieter Lang, Collection « Pour une histoire nouvelle de l’Europe. », Vol. 3, Bruxelles, 2017.

Le nationalisme européen a souvent été interprété comme la principale source de l’avènement des dictatures et en particulier
des fascismes. Le retour actuel sur la scène politique d’un certain attachement à la nation, allant jusqu’à l’expression même de mouvements radicaux à caractère xénophobe ou raciste, est-il le signe annonciateur du retour des dictatures au cœur de l’Europe ? C’est dans le but de répondre à cette question que les auteurs de cette recherche collective ont entrepris de revisiter le nationalisme européen des années 1900 jusqu’aux lendemains de la Première Guerre mondiale en l’interrogeant non plus par rapport à la naissance des futurs régimes, mais en le considérant dans sa singularité, à un moment critique de l’histoire de l’Europe, le passage à la société de masse. Que signifie concrètement être nationaliste, en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne, au Portugal, en Belgique, en Suisse ou encore en Pologne durant cette période critique ? Pour tenter de répondre à cette question, un des objectifs majeurs de ce livre est de privilégier l’étude des éléments constitutifs de « l’être nationaliste » : le registre du rapport au monde (sensibilité, culte du moi, dimension occupée par l’esthétique), mais aussi, les échanges entre diverses nations, la diversité des itinéraires, sans omettre la part dévolue à l’action politique au moment même où la guerre apparaît pour tous comme la grande épreuve de vérité.

Sommaire : http://labex-ehne.fr/2017/03/23/4769/