Colloque international

Les nationalistes en régimes autoritaires et totalitaires

Maison de la Recherche, Université Paris-Sorbonne                                     30 novembre – 1er décembre 2017

Le nationalisme européen a souvent été interprété comme la principale matrice idéologique des dictatures et en particulier des fascismes. Pour mesurer la pertinence de cette thèse, une première recherche collective a été menée afin de mesurer ce que signifiait « être nationaliste » des anné

es 1900 jusqu’aux lendemains de la Première Guerre mondiale en considérant le phénomène dans sa singularité, à un moment critique de l’histoire de l’Europe, le passage à la société de masse. Il s’est agi de privilégier l’étude des éléments constitutifs de « l’être nationaliste » : le registre du rapport au monde (sensibili

té, culte du moi, dimension occupée par l’esthétique), mais aussi, les échanges entre diverses nations, la diversité des itinéraires, sans omettre la part dévolue à l’action politique au moment même où la guerre apparaît pour tous comme la grande épreuve de vérité. Il est en fait apparu, au terme de cette recherche, que les nationalistes européens étaient loin de former une famille unie entre nationalistes conservateurs et subversifs sur les remèdes envisagés pour résoudre la crise de la société libérale, malgré des diagnostics partagés. Il semble donc opportun de conduire une seconde enquête cette fois sur la place et le rôle qu’ont occupé les nationalistes dans les régimes autoritaires et totalitaires… Voir la suite : http://labex-ehne.fr/event/e%CC%82tre-nationaliste-nationalistes-regimes-autoritaires-totalitaires/

Programme : DEPLIANT_etre_nationaliste_1

Vient de paraître

La révolution culturelle, en Chine et en France, sous la direction de Miao Chi, Olivier Dard, Béatrice Fleury, Jacques Walter (Riveneuve Editions).

Entre le printemps 1966 et la mort de Mao Zedong en septembre 1976, la Chine connait une refondation totale de son fonctionnement. Elle mobilise une grande partie de la jeunesse, notamment au sein des fameux Gardes rouges rassemblant de nombreux étudiants et lycéens. Si l’on estime à plusieurs millions de morts les victimes de la Révolution culturelle, en revanche, on n’est pas en mesure de chiffrer le nombre de familles déchirées, de personnes déplacées, d’enfants et de parents perdus. Avec un regard nouveau et sur la base de sources inédites, des chercheurs chinois et français retracent les premiers temps de la Révolution en Chine et l’impact de ce mouvement violent et radical tant en Chine qu’en France. L’ouvrage explore la tension entre culture et contre-culture qu’elle a suscitée en Occident. Les auteurs mettent aussi en lumière la complexité l’attraction politique de cet événement à gauche comme à droite. En se fondant sur des témoignages livrés par des protagonistes engagés, ils explorent les différentes formes de narration d’une séquence traumatique, naviguant entre fantasme et lucidité.

Sommaire et bon de commande : CP Revolution culturelle+sommaire_V

Chaire d’excellence : Silvia Marton

Silvia Marton est maître de conférences à la Faculté de Sciences Politiques de l’Université de Bucarest et membre correspondant du Centre Norbert Elias (UMR 8562). Elle a été boursière du New Europe College-Institut for Advanced Studies de Bucarest et du Wissenschaftskolleg zu Berlin, ainsi que professeur invité à l’EHESS et à l’Université d’Avignon.

Elle est spécialiste de la construction de l’Etat-nation en Roumanie et dans l’Europe de l’Est. Elle co-dirige, avec Constanța Vintilă-Ghițulescu, le Groupe de Recherche sur l’Histoire Politique et Sociale des XVIIIe-XIXe siècles dans le cadre du New Europe College-Institut for Advanced Studies, Bucarest (http://grips.nec.ro/about-us/ )

Elle a notamment publié La construction politique de la nation. La nation dans les débats du Parlement de la Roumanie, 1866-1871 (Iasi, Institutul European, 2009), et récemment « Republica de la Ploiești » și începuturile parlamentarismului în România (Bucarest, Humanitas, 2016). Elle achève la co-direction, avec Frédéric Monier et Olivier Dard, de l’ouvrage «Plus rien dans sa sacoche »: moralité du pouvoir et corruption en France et en Roumanie, XVIIIe-XXe siècles (Paris, PUPS), à paraître fin 2017. La liste complète de ses travaux est disponible à l’adresse suivante : http://www.fspub.unibuc.ro/a/fspub.unibuc.ro/fspub/despre/profesori/marton-silvia

Elle participe aux activités de l’axe d’octobre à décembre. Elle y donnera notamment un cycle de six conférences sur la construction des Etats dans les Balkans et en Europe centrale, le mardi, de 18h à 20h (28 rue Serpente, salle D040) .