Publication

Olivier Dard, Didier Musiedlak, Éric Anceau (dir.), Être nationaliste à l’ère des masses en Europe (1900–1920), Pieter Lang, Collection « Pour une histoire nouvelle de l’Europe. », Vol. 3, Bruxelles, 2017.

Le nationalisme européen a souvent été interprété comme la principale source de l’avènement des dictatures et en particulier
des fascismes. Le retour actuel sur la scène politique d’un certain attachement à la nation, allant jusqu’à l’expression même de mouvements radicaux à caractère xénophobe ou raciste, est-il le signe annonciateur du retour des dictatures au cœur de l’Europe ? C’est dans le but de répondre à cette question que les auteurs de cette recherche collective ont entrepris de revisiter le nationalisme européen des années 1900 jusqu’aux lendemains de la Première Guerre mondiale en l’interrogeant non plus par rapport à la naissance des futurs régimes, mais en le considérant dans sa singularité, à un moment critique de l’histoire de l’Europe, le passage à la société de masse. Que signifie concrètement être nationaliste, en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne, au Portugal, en Belgique, en Suisse ou encore en Pologne durant cette période critique ? Pour tenter de répondre à cette question, un des objectifs majeurs de ce livre est de privilégier l’étude des éléments constitutifs de « l’être nationaliste » : le registre du rapport au monde (sensibilité, culte du moi, dimension occupée par l’esthétique), mais aussi, les échanges entre diverses nations, la diversité des itinéraires, sans omettre la part dévolue à l’action politique au moment même où la guerre apparaît pour tous comme la grande épreuve de vérité.

Sommaire : http://labex-ehne.fr/2017/03/23/4769/

Colloque franco-allemand

Confrontations au national-socialisme en Europe francophone et germanophone (1919-1949) / Auseinandersetzungen mit dem Nationalsozialismus im deutsch- und französischsprachigen Europa (1919-1949)                                                                                                                         13-14 octobre 2016

Affiche et programme : Programme-CNS-MG

Conférence d’Olivier Dard

Libéraux et libéralisme en France, de la crise des années 1930 à l’élection présidentielle de 2017

Université d’Ottawa, 14 septembre 2016

L’événement est organisé par la Chaire de recherche Québec, francophonie canadienne et mutations culturelles, la Chaire de recherche sur l’histoire de la francophonie canadienne et le Centre de recherche en civilisation canadienne-française.

Informations : invitation-dard-crccf-mr-sept2016-final-v2

Publication

Revue Commentaire (numéro 155), automne 2016

Dossier coordonné par Eric Anceau : Une laïcité européenne ? La place des religions dans l’Europe d’hier, d’aujourd’hui et de demain
Une question d’actualité, Eric Anceau
La loi de Séparation, une exception française, Jacques-Olivier Boudon
L’histoire rempart de la laïcité ?, Denis Crouzet
Réflexions sur les massacres religieux de 2015, Jean-Marie Le Gall
La laïcité (française) dans un monde globalisé, Thomas Maissen
Le droit européen de la laïcité, Roseline Letteron
Dossier précédé de deux textes sur Jules Ferry
Alphonse Dupront, Le travail de Jules Ferry
Lucien Jaume, La laïcité selon Jules Ferry

image001

Journée d’étude

Qu’est-ce qu’une nation au XXIe siècle ?

Vendredi 11 mars 2016, 17h00, Université Paris-Sorbonne

Présidence et introduction Dominique Jamet, journaliste et écrivain. 1 – Qu’est-ce que la nation en 1882 et en 2016 ? Perspective historique. Eric Anceau, historien, Université Paris- Sorbonne et Sciences-Po Paris

2- Entre psychologie et sociologie l’identité nationale, un droit de l’homme ? Henri Temple, juriste, universitaire honoraire à Montpellier, avocat

3- Entre Marché commun et mondialisation, la nation, seul cadre économique et social ? Jean-Claude Werrebrouck, professeur émérite d’économie à Lille 2

4- Entre constitution et traités internationaux, la nation, seul cadre démocratique ? Olivier Gohin, professeur en droit constitutionnel, Université Paris Panthéon-Assas

Table ronde et questions avec Pascal Cauchy, historien, Sciences-Po Paris